Tous les dix ans, le village d’Oberammergau se transforme en une gigantesque scène de théâtre à ciel ouvert. 2 000 acteurs et figurants issus de la paroisse mettent en scène le martyre, la mort et la résurrection de Jésus Christ lors de représentations longues de cinq heures chacune.

Ces représentations théâtrales bibliques, qui ont lieu dans le village d’Oberammergau, en Bavière, dans le nord des Alpes, constituent les Jeux de la Passion les plus célèbres du monde, et sont inscrits au patrimoine culturel immatériel de l’Allemagne. Le spectaculaire festival de théâtre amateur attire jusqu’à un demi-million de spectateurs, qui viennent du monde entier. Il a lieu tous les dix ans au tournant de la décennie, de mai à octobre, et les villageois jouent leur représentation des cinq derniers jours de la vie de Jésus plus de 100 fois, et transforment Oberammergau en la plus grande scène à l’air libre du monde. En plus du théâtre, la musique joue également un rôle important, avec des arias et des chants choraux dramatiques ou contemplatifs. Elle reflète le martyre du Christ et s’inspire en majorité d’œuvres du compositeur Rochus Dedler (1779–1822).

Le village monte sur scène

Les Jeux de la Passion d’Oberammergau conduisent la moitié du village à monter sur scène. Environ 2 000 des 5 000 habitants participent en tant qu’acteurs, figurants ou techniciens, quel que soit leur âge. Participer aux Jeux de la Passion est une tradition familiale. Si le grand-père l’a fait, alors le père et le fils aussi. Bon nombre d’acteurs principaux prennent des congés pour les mois de représentation ou réduisent leurs heures de travail.

Le coup d’envoi des Jeux de la Passion arrive déjà l’année d’avant, lors du mercredi des Cendres. C’est à ce moment que le moratoire sur la coupe des cheveux et de la barbe entre en vigueur. Les participants s’engagent à ne plus se rendre chez le coiffeur à partir de cette date et ce, jusqu’à la fin des représentations. Les hommes doivent également se laisser pousser la barbe.

Le vœu qui mit fin à l’épidémie de peste

Les premiers Jeux de la Passion d’Oberammergau eurent lieu en 1634. À l’époque, la peste faisait rage dans la région, et fit quatre-vingts victimes dans le village. Ne voyant pas d’autre solution, les villageois firent un vœu solennel. Ils jurèrent de jouer régulièrement le martyre et la mort de Jésus si désormais, la peste les épargnait. À partir de ce moment, il n’y eut plus aucune victime, et l’histoire des Jeux de la Passion commença. En 1680, un rythme décennal fut institué. À l’exception de pauses provoquées par certains événements politiques, ce rythme a été respecté jusqu’à aujourd’hui.

Depuis le milieu du 19ème siècle, les Jeux de la Passion sont célèbres à l’international aussi. L’impératrice Élisabeth d’Autriche y a assisté, de même que le roi de Bavière Louis II, le compositeur Franz Liszt ou l’architecte Alexandre Gustave Eiffel. La dernière édition aurait dû avoir lieu en 2020. Elle a cependant dû être reportée à la période du 14 mai au 2 octobre 2022 à cause de la pandémie de coronavirus. Des journées spéciales pour la jeunesse auront lieu juste avant, les 7 et 8 mai 2022. Plus de 8 000 jeunes visiteurs sont invités à une avant-première et à un programme de célébrations religieuses composé d’offices œcuméniques et d’ateliers.

Panorama alpin, château de Neuschwanstein et église de Wies

La région offre beaucoup d’autres attractions touristiques en plus des Jeux de la Passion. Le Parc naturel des Alpes d’Ammergau invite aux promenades, circuits à thèmes, balades à vélo et randonnées de refuge en refuge avec son magnifique panorama montagnard, ses lacs au cadre idyllique et ses châteaux en ruines. Les parents peuvent occuper leurs enfants avec des écomusées, des baignades de loisirs, des parcs cyclables et une magnifique forêt. D’impressionnants monastères, musées et églises attendent les passionnés de culture, dont plusieurs monuments célèbres dans le monde entier, comme par exemple le féérique château de Neuschwanstein, bâti par Louis II de Bavière, l’imposante abbaye d’Ettal, sa basilique baroque et sa sacristie rococo, ou encore la petite mais magnifique église de Wies, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.